Partenaires




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Publications > Collection Espace et Territoires (P.U.R.) > L’étalement urbain. Un processus incontrôlable ?

L’étalement urbain. Un processus incontrôlable ?

sous la direction de Yamna Djellouli, Cyria Emelianoff, Ali Bennasr et Jacques Chevalier, 2010

La question de l’étalement spatial des villes est devenue une question centrale dans les problématiques de développement urbain durable. Générant toujours plus de consommation de ressources et d’émissions de gaz à effet de serre, déstructurant les milieux naturels ou agricoles proches des villes, contribuant à l’accentuation des distances socio-spatiales, l’étalement est en effet identifié comme un processus, d’autant moins justifiable qu’il n’est pas toujours généré par la pression qu’exercent les besoins démographiques. Il ne faudrait pourtant pas que la dénonciation empêche de travailler à l’identification des causes et à l’analyse des processus. Il convient en particulier de s’attarder sur les causes sociétales qui plus que toutes autres semblent déter- minantes, ce qui ne revient pas à sous-estimer les logiques économiques et politiques habituellement mises en avant, mais qui invite plutôt à construire une sorte de triangle interprétatif.
C’est dans cet esprit que cet ouvrage a été conçu. Et pour rendre encore plus pertinente cette approche, y est proposée une lecture en miroirs de situations urbaines variées, dans des pays du Sud, principalement au Maghreb, et du Nord, en France surtout, dans quelques autres pays européens mais aussi en Amérique du Nord. Cette lecture donne un certain nombre de clés pour comprendre le fonctionnement de l’étalement dans sa combinatoire à la fois sociale, culturelle, économique, politique, une combinatoire qui agit sur le renouvellement des divisions sociales des espaces urbanisés et des ségrégations, qui pose la question du rapport entre les forces individuelles et collectives agissantes et qui, in fine, interroge sur la construction de systèmes de régulation qui devraient à la fois être territorialement pertinents, politiquement acceptables, économiquement possibles, systèmes dans lesquels il faudrait s’assurer de bien identifier ce et ceux qu’il faudrait contrôler.

Yamna Djellouli, Cyria Emelianoff et Jacques Chevalier sont de l’université du Maine (ESO-GREGUM, UMR 6590). Ali Bennasr est de l’université de Sfax, Tunisie (laboratoire SYFACTE)

Presses Universitaires de Rennes, Collection Espace et Territoires
ISBN : 978-2-7535-1049-4
260 p