Janvier 2007


Cliquez ici pour télécharger !

Cette nouvelle livraison, un peu tardive, de La Lettre ESO m’offre l’occasion de présenter à tous ses lecteurs et lectrices mes vœux de réussite et de succès dans leurs recherches et leurs projets pour l’année 2007, avec une petite attention pour Djemila ZENEIDI qui nous quitte pour rejoindre ADES à Bordeaux et un signe de bienvenue à Philippe WOLOSZYN, qui nous a rejoint officiellement le 1er janvier, ainsi qu’à nathalie LONG qui ne devrait pas tarder à le faire. Philippe est accueilli au RESO, Nathalie le sera au CESTAN.

Pour ESO d’une part, pour le CARTA, le  CESTAN, le CRESO, le GREGUM, le RESO d’autre part, cette année 2007 devrait être plus calme que 2006 au cours de laquelle nous avons consacré un temps considérable à la préparation du dossier de demande de renouvellement de l’unité. il nous faut maintenant attendre les retours de cette évaluation. L’enjeu n’est évidemment pas tant le renouvellement en lui-même que les moyens qui nous serons attribués pour le prochain quadriennal 2008-2011 – dont il me paraît important de rappeler qu’il va être le dernier sous ma direction.

Pour la première fois depuis la création de ESO, un seul dossier a été remis : celui de l’UMR. Exit donc les dossiers de sites. Alors, transformons la démarche en symbole pour aller toujours plus loin dans le fonctionnement collectif. L’un des domaines dans lesquels il pourrait être intéressant de dépasser les logiques de sites est celui des collaborations internationales. C’est un domaine dans lequel la concurrence entre établissements est forte alors que l’inscription dans la durée des collaborations demande un investissement considérable et qu’il est donc judicieux d’être nombreux. Des opportunités se dessinent pour des coopérations qui démarrent. Un exemple : celui du Viet-nam. Le bilan réalisé en 2006 a permis de constater que trois sites ESOétaient concernés par l’émergence de collaborations : le CARTA, le CRESO, le RESO. La complémentarité des projets est telle qu’il est possible d’imaginer de faire de leur développement une priorité collective pour les prochaines années.

Au cours du prochain quadriennal, des événements importants sont programmés : le lancement d’une revue en ligne, le quatrième colloque de géographie sociale, une école thématique autour de l’usage de la photographie et de la vidéo dans la recherche en SHS. D’ici là, 2007 va être une année de transition.

Profitons de ce répit pour asseoir nos nouvelles modalités de fonctionnement en ce qui concerne les journées ESO. Je vous invite donc à consulter l’agenda  ESO et à participer aux prochaines journées thématiques ainsi qu’à celles d’Angers en juin prochain.

Profitons-en aussi pour porter des projets de recherche, notamment dans le cadre de l’ANR et pourquoi pas du nouveau PCRDT. Du côté  ANR, outre des participations individuelles à des projets que nous ne pilotons pas, ESO bénéficie d’un projet de collaboration franco-britannique et surtout d’un projet « Jeune chercheure », celui porté par Emmanuèle CUNNINGHAM-SABOT sur les « Shrinking cities ». Cette thématique complète parfaitement les recherches en cours sur l’étalement urbain et sur l’interface périurbaine. Sans doute convient-il de lui donner une visibilité réelle dans nos activités.

Bon courage pour l’année qui commence.


Raymonde Séchet


Octobre 2016

Mai 2016

Octobre 2015

Septembre 2014

Février 2014

Septembre 2013

Janvier 2013

Juillet 2012

Janvier 2012

Juillet 2011

Janvier 2011

Septembre 2010

Janvier 2010

Juillet 2009

Janvier 2009

Septembre 2008

Janvier 2008

Juillet 2007

Janvier 2007

Juillet 2006

Janvier 2006

Juillet 2005

Janvier 2005

Juillet 2004

Décembre 2003

Juillet 2003

Janvier 2003

Juin 2002

Décembre 2001

Juin 2001