Représentations de l’espace routier et autonomie du jeune adolescent piéton

Marie-Axelle GRANIE, Laboratoire de Psychologie de la Conduite, INRETS
Géraldine ESPIAU , LPCCI, Développement Social et Emotionnel, Université Paris 10 Nanterre 


On observe au niveau de l’accidentologie piétonne un pic à 11 ans, au moment de l’entrée au collège, âge où l’enfant est souvent autonome dans ses déplacement pour la première fois, sur un trajet souvent différent de celui qu’il a emprunté jusque là pour se rendre à l’école. Ceci montre que loin d’être limité à la question des capacités permettant de gérer sa présence dans l’espace routier, le problème soulevé par l’accidentologie des enfants à l’entrée au collège marque aussi la place de l’expérience préalable du trafic et du contexte social de l’activité. Cette place nous amène à chercher à comprendre l’activité de l’enfant en contexte, dans son rapport au social tel qu’il se présente en situation : connaissance des règles, expérience, attitudes, représentations, contexte social, présence d’autres usagers, etc. 
Nous avons mis en place des entretiens d’autoconfrontations et d’hétéro-confrontations auprès de 8 enfants de classe de sixième (4 garçons et 4 filles), autonomes dans leur déplacement piéton depuis un an ou plus. Le lendemain de l’observation en caméra cachée de leur trajet collège-domicile ou domicile-collège, nous menions auprès d’eux un entretien sur leur trajet filmé ainsi que sur le trajet filmé d’un autre enfant du même âge. Les analyses de contenus des discours des enfants révèlent de grandes variabilités interindividuelles dans la construction des connaissances sur le système routier (véhicule, conducteur, infrastructure), dans les représentations de l’interaction avec l’autre usager de la route, dans l’effet des pairs sur les prises de décisions, dans leur rapport à la règle et au risque et dans le niveau d’explicitation des stratégies de déplacement, qui varient en fonction de l’enjeu et de la maîtrise de l’espace routier. 
Ainsi, les analyses de contenus montrent que les jeunes adolescents différent dans leur représentation de l’espace routier en termes de danger, dans leur capacité à expliciter les connaissances qu’ils mobilisent dans l’activité, à identifier les informations pertinentes à prendre en compte dans la situation et à anticiper le comportement des autres usagers. Elles montrent également que les choix d’action et les prises de décisions font intervenir la représentation d’autrui dans l’espace routier et la représentation de la fonction de la règle légale. De plus, l’application des règles comportementales et sociales mobilisées au cours de l’activité varie en fonction du contexte physique et social. Ces analyses amènent à interroger en termes de sécurité routière le manque d’expérience piétonne de l’enfant avant l’entrée en sixième, et les répercussions de l’apprentissage implicite du comportement piéton sur la capacité de l’enfant à gérer des situations nouvelles de déplacement.