Privatisation et ethnicisation des politiques du logement en Grande-Bretagne (1960-2004)

William Le Goff, doctorant à l’université de Caen, UMR 6590 "Espaces et Sociétés"

Mon projet de communication s’inscrit dans le thème général de l’action publique en Grande-Bretagne. Il s’inscrit aussi dans une démarche de géographie sociale et urbaine car il tient à expliquer la volonté publique d’atténuer les inégalités territoriales par des politiques locales et nationales qui parfois produisent de nouvelles formes de fragmentation sociale. Rappelons que la position des services publics ne peut pas être neutre : ou ils sont du côté de la solution, ou ils sont du côté du problème puisque, dans une différentielle, la neutralité n’existe pas [1 ] (Olivier Piron). 

Le cadre institutionnel de la Grande-Bretagne a deux traits bien particuliers : la privatisation du welfare state (dont le logement est un des piliers) et l’ethnicisation des politiques publiques en GB. 

Deux hypothèses : 

- Les services publics ont structuré la société britannique sur le mode du Welfare State depuis la fin de la seconde guerre mondiale [2 ]. La fin du compromis fordiste voit apparaître la concomitance de nouvelles divisions sociales de l’espace urbain et de la remise en cause de ce welfare state [3 ]. Ces divisions sociales ont une division ethnique de plus en plus exacerbée [4 ]. 

- La gestion de l’ethnicité s’impose alors que la GB connaît une politique de libéralisation de son secteur public et plus généralement une tentative de diminuer le poids financier de ce que l’on nomme en France le « service public ». Le prolongement du choix d’une gestion ethnique des services publics conduit souvent à recourir à des associations de type communautaire (logique d’empowerment, gouvernance). Ce modèle communautaire s’oppose au modèle français d’intégration mais montre lui aussi ses limites dans l’intégration des minorités ethniques. 

Problématique : 

Dès les années 1970, la particularité des politiques publiques ethniques en Grande-Bretagne [5 ] est de lier l’approche « place » à l’approche « people » [6 ]. Or cette dernière se pare dorénavant du terme d’empowerment : l’organisation des minorités ethniques par le biais d’associations, de groupes de pression pour compenser le délitement des services publics britanniques : S’agit-il d’empowerment, de fausse gouvernance ou d’autonomisation des structures qui compensent l’affaiblissement de certains services [7 ] ? 

Quel est l’impact de ces politiques sur la polarisation socio-spatiale et en quelle mesure produit-elle de nouvelles formes de divisions urbaines ? 

Alors que la thèse de S. Sassen [8 ] est monocausale en insistant sur la restructuration économique afin d’expliquer la polarisation sociale urbaine, il est nécessaire de lier la polarisation sociale et les politiques publiques afin de saisir plus justement les processus de divisions socio-spatiales dans les villes européennes [9 ].


[1 ] Olivier Piron, séminaire PUCA « Polarisation sociale de l’urbain et services publics » du 11 mars 2004.

[2 ] Rapport Beveridge

[3 ] Leborgne D. et Lipietz A. L’après-fordisme et son espace in Les temps Modernes, vol.43, n°501, avril 1988. Boyer R. et Saillard Y. (sous la direction) Théorie de la régulation, l’état des savoirs, La Découverte, Paris, 2002.

[4 ] Musterd S. et Ostendorf W. (Ed.) : Urban Segregation and the Welfare State, Inequality and exclusion in western cities, Routledge, London, 1998

[5 ] Pour les cas français et américains, lire Donzelot : Faire société : la politique de la ville aux Etats-Unis et en France, Le Seuil, 2003.

[6 ] Ballard R. New Clothes for the Emperor ? The conceptual nakedness of the race relations industry in Britain in New Community, Vol. 18, n°3, pages 481-492, avril 1992.

[7 ] Pour les évolutions législatives récentes, la volonté d’ethniciser les politiques publiques britanniques dans une logique d’empowerment, lire : Parekh Report (2000) ; A place for us all : learning from Bradford, Oldham and Burnley. Commission for Racial Equality, 2002 ; Building Cohesive Communities : A report of the ministerial group on public order and community cohesion., Home Office, 2001 ; Race Relations (Amendment) Act 2000 : New laws for a successful multi-racial Britain, proposals for implementations, 2001 ; The Stephen Lawrence Inquiry : report of an inquiry by Sir William MacPherson of Cluny, février 1999

[8 ] Sassen Saskia : La ville globale : New York, Londres, Paris : Descartes & Cie, 1996

[9 ] Hamnett C. Social Polarisation, Economic Restructuring and Welfare State Regime in Urban Studies, Vol.33, n°8, pp.1407-1430, 1996.