Mémoires et territoires. L’exemple des sociétés et territoires de montagne

Anne Sgard, maîtresse de conférences à l’université Grenoble II, UMR 5194 "Politiques Publiques, Actions Politiques, Territoires"

Cette communication propose une réflexion sur les liens entre la mémoire et le territoire, ou plutôt entre les mémoires : plurielles, croisées, parfois antagonistes, et les territorialisations. 

La question initiale est celle des relations entre lieux et mémoires non pas selon les apports des historiens sur les lieux de mémoire -référence immédiate et nécessaire- mais autour d’une lecture géographique : les mémoires, individuelles et collectives, ont-elles besoin des lieux pour perdurer ? Et en retour, les territoires peuvent-ils se passer des mémoires des habitants inscrites dans des lieux, des paysages ? Le regard du géographe, renverse la perspective, puisqu’il part du discours des acteurs d’aujourd’hui sur les territoires, sur leur devenir, sur les recompositions en cours, pour y rechercher les logiques d’action. Plus que la question du patrimoine et des politiques de patrimonialisation, c’est la mémoire et ses usages qui est interrogée à travers les discours sur le territoire. Comment les acteurs puisent-ils dans ce fonds ? Comment produisent-il des lectures diverses du passé ? Comment ces lectures se confrontent-elles et parfois se concurrencent-elles ? Et au-delà encore, comment les acteurs cherchent-ils à inscrire dans les lieux, voire à réinscrire, une certaine lecture du passé, et finalement à produire aujourd’hui des traces d’un passé réinterprété. 

C’est ce va-et-vient constant que je cherche à identifier dans un ensemble de discours portant sur des lieux, des territoires, des paysages de montagne - puisque c’est le contexte qui m’intéresse : le Vercors, les vallées industrielles, les stations touristiques. Ils me paraissent éclairer selon des angles divers la question initiale et nourrir une réflexion d’ordre plus général sur l’identité territoriale. 

Par son point d’entrée dans les rapports des sociétés à leur territoire : les discours, par sa thématique : la temporalité du rapport au territoire, et par sa visée : chercher à identifier les dimensions symboliques des territorialités, la problématique de la mémoire me paraît être tout à fois fidèle aux ambitions de la géographie sociale et susceptible de les renouveler.