Les politiques publiques du paysage passées au crible d’une lecture de géographie sociale

Hervé Davodeau, docteur, université de Rennes 2, UMR 6590 "Espaces et Sociétés"

La valeur patrimoniale des paysages est aujourd’hui reconnue par les pouvoirs publics. La nécessité de les préserver ou de les valoriser prend une place importante dans les énoncés des politiques d’aménagement. Cette préoccupation s’inscrit dans les documents de planification, à toutes les échelles. Aussi, comme d’autres questions, les paysages sont l’objet de politiques territorialisées. 

Comment développer une lecture géographique sur l’émergence de ces politique ? Quel angle d’observation et d’analyse propose la géographie sociale sur ces objets d’étude ? L’article exploite les résultats d’une thèse de géographie sociale consacrée aux politiques publiques du paysage en région Pays de la Loire (DAVODEAU, 2003). 

Evoluant des dimensions des parcs et jardins pour embrasser les échelles territoriales, le projet de paysage, dans ses nouvelles dimensions spatiales, devient pour le géographe un objet d’étude d’autant plus intéressant que l’analyse des politiques du paysage démontre que le passage du paysage au territoire est réellement problématique pour les gestionnaires publics. L’analyse critique de ces politiques émergentes permet de constater un décalage important entre l’action publique telle qu’elle se dit et telle qu’elle se fait et de l’expliquer par ce changement d’échelles.