L’individu dans ses mobilités. L’espace en tous sens

Marc Dumont, docteur, Ecole d’architecture de Nantes
Christine Romero, maîtresse de conférences à l’université d’Orléans

Cette communication se propose de présenter les premiers résultats d’une recherche en cours sur les pratiques spatiales des individus (second thème, « les raisons des acteurs »). Il s’agira plus particulièrement de questionner les territorialités individuelles, leur configuration et leurs modes d’élaboration, ainsi que les usages et valeurs de l’espace public dans ces constructions. 

Notre corpus d’analyse se compose d’une vingtaine d’entretiens et d’une centaine de cartes mentales réalisées avec de jeunes habitants de l’agglomération orléanaise âgés de 16 à 19 ans, ainsi que d’une vingtaine d’enquêtes interactives effectuées auprès d’habitants de l’agglomération tourangelle et de sa périphérie, traversant l’ensemble des CCSP. 

A partir de ces matériaux, nous proposons d’éclairer sous quatre aspects les pratiques spatiales et les modes de territorialisation individuels qui leur correspondent : 

- des configurations territoriales variables et fonction de la mobilité ; 

- des territoires constitués majoritairement en réseaux de lieux difficiles à hiérarchiser à cause de la mobilité qui les raccorde ou seulement hiérarchisables en fonction du degré de contrainte de leur pratique ; 

- des volumes de mobilité relativement homogènes, masquant un rapport inégal à la mobilité ainsi que des différenciations importantes au niveau des usages et valeurs conférés aux lieux pratiqués ; 

- les sens de l’espace public : une gamme très ouverte de l’effet tunnel à l’affirmation d’une sociabilité choisie. L’espace public joue le rôle de révélateur des articulations entre les types de mobilités et l’articulation des rapports sociaux. 

Au final, c’est bien la place de l’espace dans la construction par des individus de leur relation à la société et saisie à travers leurs représentations, qui se situe au cœur de cette interrogation, mobilités et pratiques spatiales y apparaissant comme conditions de possibilité d’une affirmation de leur liberté et de leur autonomie.