Espace social et rapport à la terre dans les régions pionnières agricoles du Brésil

Pernette Grandjean, professeure à l’université Reims-Champagne-Ardenne

Cette communication portera sur le rapport entre des sociétés pionnières et leurs espaces et territoires, en s’appuyant sur une étude empirique menée dans deux espaces agricoles pionniers du Brésil : les Cerrados de l’état du Minas Gerais, et l’Ouest de l’état de Bahia. Les conditions de mise en place des fronts pionniers dans ces deux espaces diffèrent sensiblement (époque et phase du développement, rôle de l’Etat et/ou des grandes entreprises privées, place des grands producteurs ) même si les systèmes de production se ressemblent : agriculture très modernisée, basée principalement sur les cultures de soja, de canne à sucre et de café. 

La première partie de l’exposé sera consacrée à une comparaison rapide des conditions de production du café dans ces deux espaces pionniers : modalités de mise en place de la culture, (phases de la mise en exploitation, région d’origine des migrants, rôle de l’Etat..) et conditions dans lesquelles s’effectue la production (structure foncière, systèmes de production, bases techniques de la production, relations de travail, structures d’encadrement etc.). Le café s’est développé dans le Cerrado mineiro dans les années 70, sous l’impulsion de l’Etat et avec l’arrivée d’une vague de migrants principalement venus de l’état du Paraná. Dans l’Ouest de l’état de Bahia, la mise en exploitation est beaucoup plus récente (moitié de la décennie 1990) et le profil social davantage marqué par l’importance de grands producteurs et la présence d’entreprises. 

La deuxième partie tentera de comparer le rapport à la terre des producteurs de chacune de ces régions. Dans le Cerrado mineiro, l’attachement à la terre semble plus présent de même que le sentiment d’appartenance territoriale, éléments qui ne se retrouvent pas avec la même intensité dans l’Ouest de la Bahia. Ces différences observées dans le rapport à l’espace pourraient être mises en relation avec l’histoire de vie des migrants, le temps d’ancrage dans la région, le rôle des structures d’encadrement, entre autres. Cependant, une attention particulière devra être portée au système de production qui, dans le Cerrado mineiro, prend largement en compte les aspects de la qualité du produit. L’image de la qualité est véhiculée par le biais d’une marque commerciale, la marque « Café do Cerrado », mise en place par les Associations de Producteurs qui ont mené une action efficace et très approfondie pour faire reconnaître la spécificité de la culture caféière régionale. Cette marque, qui fait explicitement référence à l’origine géographique du produit, s’appuie sur une démarche en totale contradiction avec une mentalité pionnière traditionnelle. Cela semble nettement participer à la construction du lien qui relie les producteurs de café à leurs terres. Dans l’Ouest de l’état de Bahia, les pratiques agricoles et les comportements sociaux sont plus proches d’une « mentalité pionnière ».