Représentation et paysage : Le cas des bidonvilles dans la vallée de Caracas

Maldonado Brito Moralba, docteur en géographie humaine, architecte D.P.L.G., LADYSS, Université Paris X 

Ce travail a comme finalité de discerner les valeurs et les représentations que la société qui habite la vallée de Caracas donne à son paysage. Les données de base prises en compte, sont tout d’abord, le nombre et spécificité des strates qui constituent la société et ensuite l’espace que les habitants considèrent comme leur cadre de vie. La recherche a été orientée vers l’approche théorique qui définit le paysage en tant que fait et construction sociale. Sous ce panorama et ces principes nous démarrons l’étude des représentations sociales du paysage pour cerner les notions les plus significatives dans les différentes strates sociales qui constituent la société. La vérification de nos hypothèses et de nos analyses a été réalisée par le biais de méthodologies des sciences sociales appliquées au paysage. En effet, la société organise et transforme l’espace et la nature tout en créant en même temps des représentations mentales de son paysage. C’est ainsi que le paysage émerge de cette interaction, formée par des dimensions « matérielles » et « immatérielles », créant des liens qui renvoient aux sentiments d’affection mais aussi de rejet.