Réflexion critique autour du rôle de l’espace dans la construction d’une grammaire du "vivre ensemble" entre agriculteurs et non agriculteurs du Sud Dordogne

Banos Vincent, ATER en géographie, Laboratoire « Espace et Culture », Université Paris IV 

La fragmentation des sociétés modernes, parce qu’elle nécessite de faire droit à l’accentuation de la pluralité culturelle, y compris à l’échelle locale, nous invite à nous interroger sur les traces incertaines d’une urbanité entendue comme modalité du « vivre ensemble » appliquée au rural. Cet communication propose donc une grille de lecture devant permettre de saisir les signes de la construction d’un lien social entre agriculteurs et non agriculteurs à l’aune des manières dont les espaces sont investis conjointement par ces acteurs ordinaires. En considérant l’espace comme contexte de l’action, trois référents analytiques sont ainsi tour à tour explorés pour questionner les relations sociales qui leur sont consubstantielles : l’espace ouvert, le lieu et l’espace public. Si les résultats de l’enquête menée dans le sud Dordogne confirme l’opérationnalité de la notion d’espace ouvert, c’est-à-dire d’un investissement des espaces de co- présence sur le mode de la fréquentation, la construction des lieux et surtout de l’espace public demeure plus incertaine en raison notamment de la prégnance des processus de patrimonialisation et des logiques de contrôle territorial.