Quelle appropriation associative de l’espace face aux politiques de développement international ? Le cas de Bruxelles, capitale européenne

 Carlier Louise, chargée de recherche en sociologie, GRAP, Université de Bruxelles 

La communication portera sur les modalités d’articulation entre enjeux de proximité et enjeux de développement international, tant au niveau institutionnel qu’associatif, au sein des espaces de participation. Les dispositifs participatifs concernant l’aménagement du territoire, qui se sont institués selon une approche par la proximité, se modifient dans le contexte d’internationalisation, où la visée d’attractivité devient centrale dans les politiques urbaines et accompagne le passage au régime de « gouvernance ». Alors que les enjeux de l’internationalisation de la ville semblent s’imposer au niveau institutionnel sans articulation réelle et négociée aux enjeux plus locaux, les mouvements associatifs, et plus largement la société civile, vont accompagner l’émergence d’une conception renouvelée de ce qui constitue le proche, et des problématiques qui travaillent la ville. Elles ouvrent alors à la possibilité d’une conciliation des enjeux se posant à différentes échelles, tout en posant de nouvelles exigences à la participation démocratique.