Les villages "espaces-enjeux" pour les "élites extérieures" à l’Ouest-Cameroun

Yemelong Temgoua Nadine et Djongang Claude Olivier, doctorants en géographie, Université de Dschang (Cameroun) et Université Bordeaux 3 

Le désengagement de l’Etat de la plupart des secteurs de l’économie nationale du Cameroun est la première conséquence de la crise économique annoncée officiellement par le chef de l’Etat en 1987. Les campagnes, en guise de réaction à cette crise, ont vu émerger de nouveaux acteurs de développement promus de l’intérieur et de l’extérieur. Parmi ces acteurs, une classe de natifs des différentes campagnes, émigrés dans les villes sur l’échiquier mondial, et communément appelée « Elites extérieures » se distinguent plus particulièrement. En effet, l’activité et la mobilisation tous azimuts en faveur du village, au nom du développement local, cachent, à l’étude, des ambitions inavouées. Ces leaders, très souvent des hommes d’affaires enrichis, des intellectuels, mais aussi des aventuriers sans étiquettes, à travers leurs œuvres visent à instrumentaliser le groupe en vue de se faire soit un électorat pour les échéances futures, soit glaner une promotion au sein de la hiérarchie sociale traditionnelle. 



Mots clés : Elite extérieure, développement local, espaces-enjeux, comité de développement, Cameroun, Babajou, Bamiléké, Hautes terres.