Installations en Cévennes : l’espace comme enjeu

Bonini Nathalie et Clavairolle Françoise, maîtres de conférences en anthropologie, UMR 6173 CITERES, Université François Rabelais, Tours 

Après avoir présenté les deux principales vagues d’installation néorurales en Cévennes, cet article mettra en évidence les évolutions du rapport au territoire de ces populations en retenant comme angle d’approche la question clé de l’accès à l’habitat et au foncier ; en effet alors que les premières installations ont été facilitées par un contexte de dépeuplement des cantons ruraux, les derniers arrivés sont confrontés au contraire à la montée en puissance de la demande sociale d’espace rural et à son corollaire : l’augmentation des prix du logement et de la terre. Il en résulte des formes différenciées d’investissement de l’espace qui se traduisent par des modèles d’engagement et de mobilisation politique contrastés et qui influent sur les rapports sociaux non seulement entre population autochtone et population néo-rurale mais également au sein même de celle-ci, suscitant des tensions et parfois des conflits.