Entre anonymat, visibilité internétique et publicisation. Les pratiques activistes du Clan du néon

Carré Dominique, professeur en sciences de l’information et de la communication, UMS 2553 - LabSIC-MSH Paris Nord, Université Paris 13 

L’analyse met à jour des pratiques activistes qui se situent entre engagement et militance, tout en se rapprochant d’un investissement plus ordinaire, à caractère ludique pour ne pas dire quelque peu festif. Le Clan du néon s’en réclame et développe une approche plus « légère » pour défendre une cause qui n’est pas pour autant « futile » : la pollution lumineuse des enseignes, l’excès de publicité et le gaspillage énergétique. Les pratiques observées s’éloignent des mobilisations sociales plus organisées, plus institutionnalisées. La caractéristique de cet activisme est de reposer sur : 
- l’anonymat potache des activistes, 
- l’usage de technologies d’information et de communication pour couvrir l’événement et favoriser une publicisation a posteriori de la cause défendue, 
- l’emprunt de savoir et savoir-faire en provenance des industries de la culture, de la communication et du marketing