De l’Urbaneum à la conférence permanente : l’apprentissage comme pilier du processus participatif dans l’architecture et l’urbanisme

Le Maire-Moetwil Judith, architecte, Bruxelles, doctorante, Université Paris I Panthéon- Sorbonne 

Autour des crises urbaines du XXe siècle, liées à l’industrialisation, à la reconstruction ou aux démolitions de l’urbanisme fonctionnaliste, des processus participatifs impliquent de nouveaux acteurs dans la conception de l’environnement architectural et urbain : le dialogue « œuvre auteur » est contextualisé et augmenté des voix des commanditaires et des usagers. La construction d’une grammaire participative évolue donc au cours du siècle, association de sujets, conjugaison de postures dont l’intensité varie suivant l’époque et celui qui la manipule : c’est la posture éducative des architectes et des urbanistes qui est interrogée ici. De paternaliste et autoritaire, la proposition éducative évolue vers une posture pédagogique et tend même à l’autodidaxie. Reconnaître le savoir de l’habitant, informer ce spécialiste de l’usage pour qu’il participe, échanger les savoirs, permettre l’expression de chacun,… donne lieu à la déclinaison de divers instruments (enquêtes, expositions municipales, reading,…). Il s’agit de constater la persistance de ces outils et d’évaluer les conséquences de leur institutionnalisation par les pouvoirs publics