• L'Atlas social de la métropole nantaise est en ligne !L'Atlas social de la métropole nantaise est un projet collaboratif des sciences sociales (géographes, sociologues, architectes et urbanistes, historiens...) d'édition électronique d'une collection de planches qui visent à éclairer les réalités sociales qui traversent la métropole nantaise.En mobilisant les outils des sciences sociales et en particulier la cartographie, cet atlas rassemble des éclairages scientifiques sur les réalités sociales...


    Lire la suite


  • Les contributions réunies dans cet ouvrage visent à interroger le rapport d’implication des chercheur.e.s à leur(s) terrain(s), dont la perspective se veut résolument critique.Critiques, les chercheur.e.s, parce qu’illes ne se satisfont pas des catégories dominantes de la pensée et de l’ordre social existant, assument leur non-neutralité et leur positionnement dans l’institution et la société et tentent de participer à des degrés divers à la transformation de la réalité sociale.Critiques, les terrains...


    Lire la suite


  • Armand FREMONT est décédé en janvier dernier. Enseignant en géographie, il a été comme enseignant, chercheur, acteur de l'université l'une des figures marquantes de l'université de Caen au cours des années 1960 et 1970, avant d'assumer de hautes fonctions au CNRS, au ministère de l'Education nationale, notamment comme recteur, puis à la direction à l'Aménagement du territoire (DATAR). Il a contribué de façon unanimement reconnue aux évolutions profondes de la géographie au cours des dernières décennies...


    Lire la suite


  • Cet évènement vise à rendre compte des travaux menés par les chercheurs ligériens (ESO-Angers, GRANEM, CENS, CREN, DCS, GAINS, LPPL) impliqués au sein du programme INFORMA (Pour « l’Injonction à se FORMer et à s’Adapter »). Ces derniers ont pris pour objet la formation, afin d’interroger son caractère injonctif, dans un contexte qui en a fait un outil privilégié dans la lutte contre le chômage et l’instabilité des parcours professionnels. Le colloque sera l’occasion d’éprouver cette notion d’« injonction...


    Lire la suite


  • Le coronavirus a porté un coup d'arrêt brutal et mondial au phénomène touristique. Une situation temporaire, estime le géographe Philippe Duhamel.  Professeur de géographie à l'université d'Angers, Philippe Duhamel est l'auteur de nombreux ouvrages sur le fait touristique, dont Géographie du tourisme et des loisirs (Armand Colin), et il préside le Festival international du Tourisme d'Angers.Lire la suite dans l'Express du 11 juin 2020.


    Lire la suite


  • À partir d’une enquête ethnographique, l’auteur aborde les pratiques ordinaires de sociabilité au sein d’une population aux origines multiples et majoritairement de condition modeste. Les liens que tissent les habitants, qu’ils soient familiaux, de voisinage ou associatifs, renvoient à la question de savoir si un style de vie original se dégage entre la reproduction des habitudes communautaires et de nouvelles socialisations.Les premiers lotissements de Katiramona et Nondoué sont apparus dans les...


    Lire la suite


  • Ils sont entrés dans l’adolescence, ont leur smartphone et doivent tout à TikTok. Ils en ont fait un espace d’expression, d’information et d’émancipation, qui montre une parfaite maîtrise des réseaux sociaux, à un âge toujours plus précoce.Lire l'article dans Le Temps du 30 juin 2020 avec notamment Anne Cordier, maîtresse de conférences en sciences de l’information et autrice de Grandir connectés (Ed. C & F).


    Lire la suite


  • Nées dans les années 1980 dans certaines villes, les « politiques temporelles » visent à peser sur les rythmes des habitants afin d’éviter, entre autres, la congestion dans les transports. Le géographe rennais Guy Baudelle explique en quoi le temps peut avoir une incidence sur l’urbanisme et vice-versa. Et montre comment la crise sanitaire rebat les cartes en termes d’aménagement du territoire. Lire l'interview dans Le Télégramme du 18 juin 2020


    Lire la suite


  •  Télécharger le ficher pdfMotion du Conseil d’unité ESO – 09/12/2020Reprise de la motion des section 11 et 23 du CNU« ESO rappelle son attachement aux missions nationales du CNU, instance garante d’équité, d’impartialité, d’expertise et de collégialité dans l’évaluation des différents aspects de la carrière des enseignants-chercheurs. ESO s’alarme de certains éléments évoqués dans les rapports préalables au futur projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche : la suppression de la...


    Lire la suite


  • Davantage de produits frais et locaux, cuisine maison, reconfiguration des circuits d’approvisionnement… le confinement a des effets majeurs sur la production et les comportements alimentaires. Et ces effets pourraient perdurer, comme l’explique dans ce podcast Catherine Darrot, sociologue et ingénieure agronome, pour qui cette crise pourrait constituer un accélérateur de transition. 


    Lire la suite


  • Chadia Arab, géographe et chargée de recherche CNRS, est l’auteure de Dames 
de fraises, doigts de fée (Éditions En toutes lettres), une enquête sur les saisonnières marocaines qui récoltent les fraises en Espagne. Bonne connaisseuse de ces ouvrières agricoles, elle analyse pourquoi ces femmes “invisibles” ont été exposées au Covid-19 plus que les autres.Lire la suite dans l'hebdomadaire TELQUEL du 26 juin 2020.


    Lire la suite

Espaces et SOciétés (UMR 6590)

ESO – Espaces et Sociétés – a été créée au début des années 1980 à l’initiative de chercheurs ayant une solide expérience de collaboration acquise notamment dans l’ATP CNRS « Changement social ». Elle regroupe cinq sites localisés à Angers, Nantes, Caen, Le Mans, et Rennes. 

En savoir plus…

Édito juillet 2020

Chèr.e.s collègues,

J’avais annoncé dans l’Edito de novembre 2019 une variation sur la distinction faite par Joëlle Zask entre « prendre part à » et « faire partie de »… Entre temps, une lecture m’a orientée sur un autre sujet de préoccupation sociale, la qualité de la vie, en lien avec l’actuel conflits de valeurs contenu dans le projet de réforme des retraites. Cédant à la tyrannie de l’actualité, je vous emmène donc à la suite de Didier Fassin sur la question de ce qu’est la vie...

« Il y a ainsi, d’un côté, la vie qui s’écoule avec un commencement et une fin, et de l’autre la vie qui fait la singularité humaine parce qu’elle peut être racontée : vie biologique et vie biographique, en somme. L’espérance de vie mesure l’étendue de la première. L’histoire de vie relate la richesse de la seconde. L’inégalité des vies ne peut être appréhendée que dans la reconnaissance des deux. Elle doit à la fois les distinguer et les connecter. Les distinguer, car le paradoxe des femmes françaises montre qu’une vie longue ne suffit pas à garantir une vie bonne. Les connecter, car l’expérience des hommes afro-américains rappelle qu’une vie dévalorisée finit par produire une vie abîmée (...) ».

Didier Fassin - Extrait de la leçon inaugurale au Collège de France – Jeudi 16 janvier 2020  Publié par Le Monde 12-13 janvier 2020.

Cette réflexion portée par un anthropo-sociologue – médecin de formation – m’est apparue  lumineuse. Elle m’a parlée tant sur le plan personnel – en tant qu’individu - que sur le plan des collectifs de recherche qui s’emploient à saisir les trajectoires de vie de nos contemporain.e.s pour mieux en restituer les attentes sociales, voire les revendications d’ordre politique.

  1. le premier volet, celui de l’espérance de vie, nous informe sur les « disparités de longévité » mais ne dit rien de la qualité de vie au cours des années, notamment celle des jeunes comparée à celle des seniors, celle des ouvriers comparée à celle des cadres, celle des femmes comparée à celle des hommes pour reprendre des catégories simples, que l’on peut en outre combiner. Bien des chercheurs démographes, géographes ou sociologues indiquent qu’il faut ainsi regarder de près ce que cette « vie » signifie au regard d’un état de santé, de capacités et d’égalité sociale.
  2. le deuxième volet, celui de l’histoire de vie, permet de documenter les circonstances, aléas, bifurcations, parcours, expériences vécues des individus dans la durée, par le récit ou le recueil d’éléments clés. Cette approche est particulièrement mobilisée dans les enquêtes en sciences sociales, pour incarner les facteurs et les jalons d’une existence, situer l’individu dans son rapport au monde (à la santé, à l’âge, à la mobilité…) et donner une épaisseur humaine aux chiffres. Au laboratoire, on retrouve ce souci de documenter l’expérience et les parcours dans le cadre des programmes de recherche sur les migrations résidentielles, sur la santé des migrants, ou encore sur les situations de vie des personnes vieillissantes et/ou en situation de handicap.

Pour finir, et sans transition, je vous fais part d’une autre lecture, lucide sur le monde d’aujourd’hui et sur les contradictions internes qui mettent sous tension nos sociétés. Je vous invite ainsi à lire l’édito d’Olivier Petit dans l'avant-dernier numéro de la revue en ligne Développement Durable et Territoires : « Un vendredi pas comme les autres… ».

 

 

Emmanuelle Hellier

Éditos précédents

Contact UMR ESO

Secrétariat :

Université Rennes 2
Maison de la Recherche en Sciences Sociales
Place du Recteur Henri Le Moal
35043 RENNES CEDEX

Tél : (+33) 2 99 14 20 78

Fax : (+33) 2 99 14 18 95

courriel (karine.breton @ univ-rennes2.fr)


Organigramme


Agenda 2020-2021

- Projet ESO 2017-2021

Retrouvez le bilan 2015 et l'évaluation HCERES ici.