• L'Atlas social de la métropole nantaise est en ligne !L'Atlas social de la métropole nantaise est un projet collaboratif des sciences sociales (géographes, sociologues, architectes et urbanistes, historiens...) d'édition électronique d'une collection de planches qui visent à éclairer les réalités sociales qui traversent la métropole nantaise.En mobilisant les outils des sciences sociales et en particulier la cartographie, cet atlas rassemble des éclairages scientifiques sur les réalités sociales...


    Lire la suite


  • Les contributions réunies dans cet ouvrage visent à interroger le rapport d’implication des chercheur.e.s à leur(s) terrain(s), dont la perspective se veut résolument critique.Critiques, les chercheur.e.s, parce qu’illes ne se satisfont pas des catégories dominantes de la pensée et de l’ordre social existant, assument leur non-neutralité et leur positionnement dans l’institution et la société et tentent de participer à des degrés divers à la transformation de la réalité sociale.Critiques, les terrains...


    Lire la suite


  • Cet évènement vise à rendre compte des travaux menés par les chercheurs ligériens (ESO-Angers, GRANEM, CENS, CREN, DCS, GAINS, LPPL) impliqués au sein du programme INFORMA (Pour « l’Injonction à se FORMer et à s’Adapter »). Ces derniers ont pris pour objet la formation, afin d’interroger son caractère injonctif, dans un contexte qui en a fait un outil privilégié dans la lutte contre le chômage et l’instabilité des parcours professionnels. Le colloque sera l’occasion d’éprouver cette notion d’« injonction...


    Lire la suite


  • À partir d’une enquête ethnographique, l’auteur aborde les pratiques ordinaires de sociabilité au sein d’une population aux origines multiples et majoritairement de condition modeste. Les liens que tissent les habitants, qu’ils soient familiaux, de voisinage ou associatifs, renvoient à la question de savoir si un style de vie original se dégage entre la reproduction des habitudes communautaires et de nouvelles socialisations.Les premiers lotissements de Katiramona et Nondoué sont apparus dans les...


    Lire la suite


  • La Manche est un département à part dans le contexte de la Normandie. Il possède une identité spécifique, reflet de l’importance du littoral (355 km de côtes), de l’importance et de la diversité des systèmes agricoles, de la densité du semis des bourgs et des petites villes. Saint-Lô, la préfecture, et Cherbourg, la grande ville portuaire, dominent la hiérarchie urbaine. Cette mosaïque de photos rend compte de cette diversité des paysages et des activités.


    Lire la suite


  •  Motion du Conseil d’unité ESO – 09/12/2019Reprise de la motion des section 11 et 23 du CNU« ESO rappelle son attachement aux missions nationales du CNU, instance garante d’équité, d’impartialité, d’expertise et de collégialité dans l’évaluation des différents aspects de la carrière des enseignants-chercheurs. ESO s’alarme de certains éléments évoqués dans les rapports préalables au futur projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche : la suppression de la procédure de qualification...


    Lire la suite


  • Soutenance de Thèse
    La soutenance de Thèse de Léa POTIN intitulée :

    Proximité et santé : réalisation d’un indicateur composite d’éloignement à la santé pour une typologie des territoires

    aura lieu le le 22 octobre 2020 à 14h - Angers.



    Lire la suite




  • Lire la suite


  • Ce numéro spécial de Géographie et Cultures intitulé "Spatialités et pratiques funéraires" interroge la thématique de la mort dans sa dimension spatiale. Celle-ci s'inscrit dans la continuité des réflexions engagées par R. Bertrand (1991) et G. Di Méo (2010) qui insistent sur la richesse et la fécondité d'une telle approche en géographie. En effet, la mort n'est pas seulement un point de rupture biologique correspondant à la fin de vie, elle est aussi, et surtout, un processus social qui engage...


    Lire la suite

Espaces et SOciétés (UMR 6590)

ESO – Espaces et Sociétés – a été créée au début des années 1980 à l’initiative de chercheurs ayant une solide expérience de collaboration acquise notamment dans l’ATP CNRS « Changement social ». Elle regroupe cinq sites localisés à Angers, Nantes, Caen, Le Mans, et Rennes. 

En savoir plus…

Édito juillet 2020

Chèr.e.s collègues,

J’avais annoncé dans l’Edito de novembre 2019 une variation sur la distinction faite par Joëlle Zask entre « prendre part à » et « faire partie de »… Entre temps, une lecture m’a orientée sur un autre sujet de préoccupation sociale, la qualité de la vie, en lien avec l’actuel conflits de valeurs contenu dans le projet de réforme des retraites. Cédant à la tyrannie de l’actualité, je vous emmène donc à la suite de Didier Fassin sur la question de ce qu’est la vie...

« Il y a ainsi, d’un côté, la vie qui s’écoule avec un commencement et une fin, et de l’autre la vie qui fait la singularité humaine parce qu’elle peut être racontée : vie biologique et vie biographique, en somme. L’espérance de vie mesure l’étendue de la première. L’histoire de vie relate la richesse de la seconde. L’inégalité des vies ne peut être appréhendée que dans la reconnaissance des deux. Elle doit à la fois les distinguer et les connecter. Les distinguer, car le paradoxe des femmes françaises montre qu’une vie longue ne suffit pas à garantir une vie bonne. Les connecter, car l’expérience des hommes afro-américains rappelle qu’une vie dévalorisée finit par produire une vie abîmée (...) ».

Didier Fassin - Extrait de la leçon inaugurale au Collège de France – Jeudi 16 janvier 2020  Publié par Le Monde 12-13 janvier 2020.

Cette réflexion portée par un anthropo-sociologue – médecin de formation – m’est apparue  lumineuse. Elle m’a parlée tant sur le plan personnel – en tant qu’individu - que sur le plan des collectifs de recherche qui s’emploient à saisir les trajectoires de vie de nos contemporain.e.s pour mieux en restituer les attentes sociales, voire les revendications d’ordre politique.

  1. le premier volet, celui de l’espérance de vie, nous informe sur les « disparités de longévité » mais ne dit rien de la qualité de vie au cours des années, notamment celle des jeunes comparée à celle des seniors, celle des ouvriers comparée à celle des cadres, celle des femmes comparée à celle des hommes pour reprendre des catégories simples, que l’on peut en outre combiner. Bien des chercheurs démographes, géographes ou sociologues indiquent qu’il faut ainsi regarder de près ce que cette « vie » signifie au regard d’un état de santé, de capacités et d’égalité sociale.
  2. le deuxième volet, celui de l’histoire de vie, permet de documenter les circonstances, aléas, bifurcations, parcours, expériences vécues des individus dans la durée, par le récit ou le recueil d’éléments clés. Cette approche est particulièrement mobilisée dans les enquêtes en sciences sociales, pour incarner les facteurs et les jalons d’une existence, situer l’individu dans son rapport au monde (à la santé, à l’âge, à la mobilité…) et donner une épaisseur humaine aux chiffres. Au laboratoire, on retrouve ce souci de documenter l’expérience et les parcours dans le cadre des programmes de recherche sur les migrations résidentielles, sur la santé des migrants, ou encore sur les situations de vie des personnes vieillissantes et/ou en situation de handicap.

Pour finir, et sans transition, je vous fais part d’une autre lecture, lucide sur le monde d’aujourd’hui et sur les contradictions internes qui mettent sous tension nos sociétés. Je vous invite ainsi à lire l’édito d’Olivier Petit dans l'avant-dernier numéro de la revue en ligne Développement Durable et Territoires : « Un vendredi pas comme les autres… ».

 

 

Emmanuelle Hellier

Éditos précédents

Contact

Secrétariat : (karine.breton @ univ-rennes2.fr)

Université Rennes 2
Maison de la Recherche en Sciences Sociales
Place du Recteur Henri Le Moal
35043 RENNES CEDEX

Tél : (+33) 2 99 14 20 78

- Projet ESO 2017-2021

Retrouvez le bilan 2015 et l'évaluation HCERES ici.