Ch. 6 [Mobilités] Mobilités quotidiennes : nouvelles pratiques, nouveaux enjeux sociaux et défis méthodologiques

Equipe d’animation :Vincent Gouëset, Sandrine Depeau et Benoît Feildel

 

Le chantier en résumé :

La question de l’expérience de la mobilité, l'apprentissage graduel de certains modes de déplacement (ex: le vélo ou la marche)  et la façon dont la connaissance de l’espace se construit progressivement tout au long du cycle de vie, de manière différenciée à travers les pratiques de mobilité des individus et des familles deviennent centrales pour penser les capacités d’actions et de transformations collectives. Il importe également d'interroger la question des expériences de mobilités (choisies, contraintes, transformées, etc.) dans la construction des rapports au territoire, à l'espace, à l'altérité et la compréhension du poids des enjeux de société dans ces pratiques. Outre les approches centrées sur les systèmes de mobilité (convoquant mobilités individuelles, des familles et groupes spécifiques), permettant de comprendre des formes de cultures et de capacités d'action des groupes et des individus, les approches centrées sur les modes d'habiter et les espaces-temps d'action des individus peuvent également contribuer à comprendre le rôle des mobilités dans les types d'arbitrages et de rapports aux espaces et territoires. On peut aussi se demander quelles sont les nouvelles formes d'inégalités de mobilités dans un contexte de transformations des usages des espaces et des transitions technologiques. Enfin, saisir les mobilités à travers les âges de la vie peut aussi contribuer à comprendre d'autres formes d'inégalités dans les rapports à l'espace.

Plusieurs axes de réflexion/inspection des travaux sont possibles: 1/ Axe théorique convoquant différents types de modèles; 2/Axe empirique mobilisant des données de mobilité de nature différente; 3/ Axe méthodologique permettant d'interroger à la fois les modes de collectes, de traitement et de représentation (cartographie des expériences, du sensible, etc.), les verrous persistants dans les modes de collecte et enfin l'impact des transformations d'usage et de pratiques des mobilités dans les protocoles de collecte.