Ch. 3 [Ecopol] Forum contributif : comment se saisit-on à ESO des théories d'écologie politique ?

Equipe d’animation :Cyria Emelianoff et Jean-Baptiste Bahers

 

Le chantier en résumé :

Le champ de l’écologie politique est nourri par de nombreux apports inter et transdisciplinaires qui croisent les thématiques travaillées à ESO (justice environnementale, rapports nord-sud, patrimoine naturel, paysage, rapports humains-non humains, écologie territoriale, politiques de durabilité ou de transition, capacitations collectives, care, genre, etc.). Dans un premier temps, ce chantier a pour objectif de révéler la manière dont chacun-e se saisit des travaux de l'écologie politique, à travers des récits biographiques de la rencontre ou bien du voisinage entretenu avec des thèmes de l’écologie politique et/ou des personnes issues de ce champ, au cours des parcours et trajectoires de recherche. Dans une deuxième séquence, un travail sera réalisé pour identifier les différents courants de l'écologie politique (néo-marxiste, anarchiste, féministe, deep, urbaine, anthropologique, et d’autres à préciser) et la manière dont les travaux des membres du groupe s'y attachent, ou pas. Pour avancer, des lectures pourront être recommandées et débattues par le collectif présent. Il s’agirait de discuter des apports, des évolutions théoriques, des questions orphelines. Ce travail pourrait permettre de préciser les liens entre écologies politiques et géographies sociales : comment se positionner en tant que membre d’ESO face à ces enjeux, ces courants d'analyse, mais aussi ces pratiques (travail d'Atecopol par exemple) ? Les autres séquences seront définies par les membres du groupe.

Chaque séquence pourra donner lieu à une journée ou une demi-journée de travail, sur deux ans. Ce chantier fonctionnera sur un mode pleinement contributif. Les coordinateurs cadreront les sujets de discussion, l’ordre du jour, en fonction de l'avancée collective du travail. L'idée est que chacun prenne la parole dans un tour de table puis en réflexion collective (pas de communications longues). Les coordinateurs géreront le temps et l'équilibre des prises de parole. Le collectif cherchera à établir des points-clés, des rapprochements et des émergences, des points saillants de débat. Le ou les livrables seront discutés collectivement.