Ch.10 [Film] Film et recherche en sciences sociales - FiReSS

Equipe d’animation :Benoît Raoulx, Valérie Billaudeau

 

Le chantier en résumé :

Le chantier ESO « Film et Recherche en Sciences Sociales-FiReSS » s’appuie sur le projet FRESH coordonné à Rennes par Florian Hémon (Prefics). Il s’agit d’un projet interdisciplinaire de la MRSH Caen et de la MSH Bretagne qui a commencé en octobre 2012 (à l'initiative de Benoît Raoulx, géographe et réalisateur à l'UMR CNRS 6590 ESO, d'Yvon Guillon de la MSHB et de Thierry Bulot, sociolinguiste au PREFics). Le programme FRESH s’est appuyé sur des échanges antérieurs entre chercheurs de géographie sociale, de sociolinguistique urbaine, de sociologie et des documentaristes qui ont échangé dans le but de faciliter la pratique du film documentaire.

Ce chantier vise à tisser des réflexions à partir de points de vue en géographie sociale et culturelle, en sociolinguistique urbaine, en sociologie, en anthropologie, en sciences de la communication, histoire, notamment. La transdisciplinarité et le croisement des champs SHS et artistiques sous-tendent notre pratique et notre réflexion. Il inclut aussi du personnel de soutien à la recherche. Le chantier ESO adossé au programme FRESH a pour originalités :

  • d’être transdisciplinaire en Sciences Humaines et Sociales (SHS),
  • de reposer sur plusieurs sites (ESO, MRSH et MSHB, depuis 2015 l’université de Sousse en Tunisie),
  • d’intégrer plusieurs acteurs (universitaires, réalisateurs, professionnels de l’image associations) et publics, ce qui contribue à l'intégrer dans un environnement inter-régional et international.

Les objectifs sont de trois ordres. D’une part de favoriser l’émergence de projet, d’accompagner, de diffuser des projets mobilisant le film documentaire et de croiser les regards entre chercheurs et professionnels sur la construction de l’objet documentaire, cela dans une posture réflexive. Il s’agit aussi de développer les pratiques du film comme méthode de recherche et d’écriture à part entière et de s’interroger sur les enjeux scientifiques, sociaux et culturels du documentaire, des produits réalisés, à la fois « dans » l’image et dans le contexte de sa production et de sa réception. Le chantier cherche enfin à accompagner la valorisation de la recherche par les supports audiovisuels et le travail de diffusion qu’elle suppose.

En termes méthodologiques le chantier propose de s’appuyer sur des séminaires (une journée ou une journée et demie, une dizaine de présentations, entre 30 et 50 personnes en général, venant de France, mais aussi de l’étranger), sur des ateliers de "création cinéma documentaire et recherche en SHS" qui sont eux même support de réflexion et d’organiser des projections assorties de débats publics contribuant à renforcer les liens entre la recherche, et particulièrement les 3 MSH concernées avec les sociétés et territoires dans lesquelles elles s’inscrivent.